Accueillir des poules : ce qu’il faut savoir

Je sais qu’il s’agit d’un article pas mal attendu, un article dans lequel je réponds à vos questions posées sur Instagram sur “comment accueillir des poules”. Nous avons accueilli nos premières poules en Avril 2020 et les dernières quelques semaines après, en Mai 2020. Notre poulailler étant au complet et quelques mois étant passés, je pense être plus à même de répondre à vos questions. Je ferais une série d’articles sur les différentes races et autres questions au niveau de leur habitat plus complet par la suite.

Leur habitat / La place qu’elles prennent

Je pense que la question numéro un à se poser lorsque l’on veut accueillir des poules, c’est la place qu’on a à leur offrir. Une poule ne vit pas seule, elles sont minimum 2, idéalement 3 et plus. Elles auront besoin d’un poulailler clos dans lequelle elles iront normalement pondre mais surtout, dans lequel elles dormiront à l’abri des prédateurs. Il faut que cet habitat clos soit suffisamment grand pour elles toutes. Généralement, les poulaillers que l’on trouve en magasin sont suffisant  pour 2 poules. À l’intérieur, en plus des nichoirs, nous avons installé des barres sur lesquelles certaines dorment la nuit.

Avec l’habitat clos, il leur faudra un espace de vie en extérieur. Un terrain herbagé qu’elles iront gratter pour trouver insectes et autres joyeusetés pour les nourrir. Les poules en liberté iront grignoter l’herbe sans soucis et si elles ont un espace trop petit, il n’y en aura vite plus assez, nous savons qu’elles ont largement de la place chez nous puisque malgré leur présence nous continuons de tondre leur enclos. Comptez minimum 10 m2 par poule et idéalement 20 m2 extérieurs. Nos 5 poules vivent dans un peu plus de 100 m2 extérieur à titre d’exemple, nous pourrions en accueillir 2 de plus sans soucis si l’habitat clos nous le permettait. Elles n’ont pas accès au jardin pour leur sécurité ayant des chiens.

Dans leur habitat, il faudra prévoir plusieurs coins d’ombre, idéalement avec des arbres fruitiers par exemple. Nous avons prévu d’en installer deux ou trois de plus à l’automne mais en attendant, elles profitent de hangars et de murs de pailles. Elles ont un espace vraiment chouette où nous avons des vieux troncs d’arbres remplis de petites bêtes, de siures de bois dans lesquelles elles adorent se rouler, de terre fraiche dans laquelle elles ont creuser des nids pour leur sieste et des tas de bois et autres bricoles sur lesquelles elles grimpent.

Les nuisibles qu’elles attirent.

On m’a beaucoup posé la question des rats en priorité, qu’elles attireraient. Les rats en eux même ne sont pas attirés par les poules mais par leur grain qu’on laisserait trainer. Nous avons rangé le sac de grains dans une pièce fermée loin de nos poules. Nous ne leur laissons pas des tas de grains à disposition et leur donnons le matin une petite portion qu’elles dévorent rapidement. Le midi elles ont des restes de nos repas et le reste de la journée elles picorent dans le terrain à la recherche d’insectes.

Pour nous, pas de soucis de rats à cause des poules. Après, nous habitons en campagne et cela pourrait arriver pour d’autres raisons venant du voisinage ou de terrains vagues, de champs que nous avons à proximité (je sais que nous avons énormément de petites souris ou de mulots dans le jardin que le chat nous ramène de chasse).

Au contraire des rats, les poules peuvent attirer d’autres nuisibles puisque malheureusement, elle est l’attrait de plusieurs prédateurs.

Le renard

Très certainement le prédateur le plus connu, le renard vient visiter le poulailler surtout la nuit. Mais en période de mise bas et d’arrivée de petits poussins (de février à juin), il arrive que les renards viennent attaquer votre poulailler en pleine journée. Le renard va venir faire un trou dans votre grillage, passer dessous ou même passer au-dessus. Le renard va dévorer votre poule illico généralement et ne rien laisser … 

Pour protéger vos poules du renard, la première chose à faire est de bien fermer votre poulailler le soir, été comme hiver.

La fouine, la belette et la martre

Comme le renard, ce sont les prédateurs sauvages les plus redoutables pour vos poules. Celles-ci le sont d’autant plus qu’elles passent par des trous vraiment minuscules. Comme le renard, elles vont venir dévorer vos poules directement dans le poulailler si celui-ci n’est pas fermé comme il faut. 

Ce sont pour moi les principaux prédateurs, il y en a malheureusement d’autres, mais en campagne comme en ville, on peut les voir débarquer si l’on n’est pas prudents.

Les odeurs

Le dernier point négatif dont on m’a parlé concernant les poules, ce sont les odeurs. Effectivement, il y en a, on ne va pas s’en cacher, d’où l’intérêt d’éloigner le poulailler des habitations (de la vôtre mais aussi de celle de votre voisin). Après, cela reste une question personnelle et pour nous, cela fait parti des odeurs de la campagne. Le poulailler clos est à nettoyer régulièrement pour éviter l’invasion de poux et autres maladies et limiter les odeurs. 

Nettoyer l’extérieur peut paraitre plus compliqué mais cela se fait également. Cela vous permettra de contrôler leur fiente et de leur assurer un environnement propre et sain. Nos poules ayant un très grand espace, nous n’avons pas trop besoin de nettoyer l’extérieur, celui-ci n’a pas d’odeurs trop fortes et nos poules ne vivent pas dans les saletés puisqu’elles profitent du terrain herbagé sans soucis. Prévoir la place nécessaire permet d’éviter un entretien trop fréquent en plus de leur assurer un confort certain.

Leur nourriture

Et enfin, je terminerais avec un sujet qui fait moins peur surement mais tout aussi indispensable de connaitre avant d’avoir une poule : leur alimentation. Je reviendrais très certainement souvent dessus mais la poule a des besoins alimentaires forcément, et attention aux choses énormes qu’on essaie de vous vendre en supermarché …

Du grain : oui mais. Pas tant que ça ! Au printemps, été et début d’automne, elles ont une toute petite portion de graines, la majorité de leur nourriture passe par nos restes mais surtout par les insectes qu’elles trouvent. En hiver, les insectes se font plus rare alors nous leur fournissons du grain plus complet. Nous en achetons à la ferme directement, cela nous revient à 5 euros le gros sac de 25 kilos qui nous fera très certainement la période chaude de l’année.

À la maison, leur nourriture est majoritairement composée de nos restes. Nous leur donnons juste après midi nos restes de la veille au soir et du midi, nous avons fait le choix de leur donner une fois par jour pour qu’il y ai assez pour tout le monde pour un “vrai” repas et pas juste se battre pour 3 restes. Si nous en avons d’avantage il arrive qu’on leur donne deux fois mais cela est assez rare. Nous sommes 5 à la maison avec 5 poules et nos restes leurs suffisent largement pour combler leurs besoins. Pour le calcium nous leur donnons leurs coquilles d’oeuf broyées.

Enfin, le reste de la journée, elles se contenteront du jardin, de l’herbe mais aussi et surtout, des insectes qu’elles trouveront en gratant le sol, ou chez nous, les troncs d’arbres morts et le bois de chauffage que l’on stocke juste à côté d’elles.

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire et j’y répondrais avec plaisir.

Je vous retrouve très vite pour une série d’articles autour de nos poules et surtout de ce que nous apprenons au fil des semaines à les cotoyer.

1 réflexion sur “Accueillir des poules : ce qu’il faut savoir”

  1. Tes poules semblent être bien chouchoutées, je suis heureuse pour elles !
    Elles auront une super petite vie !
    J’ai récemment appris que les poules pouvaient mourir à cause des poux (ou puces ?), j’étais étonnée !

    Line

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page