L’angoisse de la séparation

Vous allez me dire « on connait, on a vécu » oui, je l’ai vécu aussi avec Alice, mais finalement, pas tant que ça.
Elio, il est différent, il est intense. L’angoisse de la séparation, il l’a vécu dès le début en fait, arrivé après terme, il n’a jamais décollé de moi, il a toujours été accroché à mes bras, à mon sein, à mon lait, à mon odeur, le rythme de mon coeur. Il a toujours été angoissé de me sentir loin, il a toujours hurlé dès que je le déposais quelque part, il a toujours été accroché à moi, toujours.
Alors quand s’est profilé à l’aube de ses 8 mois, l’angoisse de la séparation, je ne m’en suis pas rendue compte tout de suite. Il avait commencé à faire ses nuits, et puis il a reprit un rythme bien à lui. Il a mis plusieurs semaines/mois avant de vraiment dormir, depuis toujours. Il ne faisait pas de sieste, il ne dormait la nuit que dans mes bras … Et ça c’était estompé, avec le temps, la fatigue, l’épanouissement. Et c’est revenu, comme un boomerang en pleine face.
Je suis vidée, littéralement vidée, de toute énergie, il me l’a pompé. Quand je suis au bord de craquer, il doit le sentir, parce qu’il se détache, juste un peu, pendant une journée ou deux, il dort, la nuit, la journée, il est calme, il ne hurle pas, le temps que je recharge mes batteries, et puis, ‘c’est reparti, pendant plusieurs semaines, plusieurs semaines où je dois tenir, lui sourire, l’embrasser, l’aimer. Intensément.
Aujourd’hui, il a 8 mois et demi, il est heureux lorsqu’il est dans mes bras (mais pas porté en écharpe hein), il sourit à tout le monde, tout le monde me dit qu’il est un enfant calme, qu’il est un bébé sourire, un bébé heureux, un bébé bien, qu’il respire la confiance en soit et l’amour. Parfois, j’ai envie de leur demander de quel bébé ils parlent.
Oui, dehors, envers les autres, Elio est ce genre de bébé, il peut le paraitre, il sourit à tout le monde, mais hors de question qu’on l’approche de près en fait, sinon il hurle. S’il est dans mes bras, s’il est près de moi, il est heureux, il est en confiance, il s’ouvrira au monde.
L’envers du décor, c’est qu’il hurle, tout le temps s’il n’est pas dans mes bras. Sauf que je ne peux pas, le garder dans mes bras, parce qu’il pèse son poids, alors j’ai des tendinites à répétition, des lumbagos, des sciatiques, j’ai douleur, en plus de mon mal être qui peut arriver. Si j’ose le dire à quelqu’un, je mens, bah oui, les gens le voient bien, il est souriant ce petit.
Depuis qu’il est entré dans « l’angoisse de la séparation« , Elio est redevenu le nouveau né que j’avais, lors des premières semaines, il ne dort plus, il pleure s’il n’est pas à bras, et devient un peu plus exigeant, parce qu’il faut que je bouge aussi, pour qu’il puisse voir le monde.
Mais malgré tout ça, malgré la fatigue, malgré les pleurs parfois, les « j’en ai marre« , j’essaie, chaque jour, de lui apporter tout l’amour et la confiance dont il a besoin, pour que plus tard, il puisse s’ouvrir lui aussi, au monde, en tout confiance
Parce qu’il saura que je suis là, avec tout mon amour.

12 réflexions sur “L’angoisse de la séparation”

  1. Oh ma jolie.. Ça me rappelle énormément ma relation avec Léana les tous premiers mois, lors de ses coliques. J'étais pareil, vide, à bout de souffle, à bout de nerfs. Mais ça va passer, oui, ça va passer. Quand ? Personne ne le sait, lui seulement. Dans tous les cas : courage ma jolie, moi, je suis avec toi et je comprends ô combien c'est difficile. Tu as raison d'écrire, cela doit te soulager je suppose 🙂
    L'angoisse de la séparation ou angoisse du 8ème mois, je ne l'ai pas vécu pareil que toi. En fait, à partir de 7 mois, jusqu'à il y a quelques jour. Ça a été une période où, lorsqu'on arrivait dans un endroit avec plein de monde, Léana se mettait à pleurer. La foule, elle n'aimait pas. Ça la stressait. Alors oui, dans mes bras, elle était bien. Mais même lorsqu'on arrivait et qu'elle restait dans mes bras, le simple fait de voir du monde qu'elle ne connait pas la faisait pleurer. (Maintenant ça va mieux).
    Bref.. Ce n'est pas facile car on a toute envie de péter notre câble et de respirer un bon bol d'air frais.. Mais encore une fois, je te dis simplement Courage ♥

  2. Merci beaucoup <3
    Elio, quand il y a du monde, il aura tendance à se cacher, poser sa tête contre moi, à regarder mon visage, savoir comment je réagis moi, aux gens, si je leur souris, il se détend facilement et va leur sourire aussi.
    Mais ça doit être stressant aussi, de savoir qu'elle va pleurer si on va quelque part 🙁 Ici ça va, pour ça, je n'ai pas de soucis. Après, je ne peux le laisser à personne, je le vois dans son regard, je n'ai même pas testé, mais rien qu'hier, chez nous, j'étais partie de son champs de vision, il était avec quelqu'un d'autre, il n'était pas top !

  3. En te lisant j'imagine à quel point ta souffrance face à la situation, à certaines lignes je t'envie quand tu exprimes l'amour et l'attachement pour Elio, qu'il soit bien contre toi … car ici Lola n'a jamais ete ainsi, à ses 2 mois 1/2 à la reprise du travail on a connue un eloignement physique car on de voyait peu, à ce jour à bientôt 4 ans elle ne sait pas faire un calin ne serait-ce que 5 minutes. Je te souhaite plein de courage et de retrouver un équilibre ^^

  4. Alice était très indépendante aussi, elle l'est toujours un peu. Elle a 3 ans et les calins sont un peu plus nombreux qu'avant, mais pareil, ça ne dure pas plus, mais c'est normal, ils ont besoin de bouger et se dépenser aussi ! Il faut trouver un "juste" milieu, je m'occupe d'elle et prends du temps autrement qu'avec un câlin, parfois, juste en restant assise dans le canapé, à côté d'elle, ça lui suffit, et à moi aussi 🙂

  5. Je te souhaite beaucoup de courage :/ , Thiméo ma fais un peux comme toi , oui on étais H24 7/7 ensemble partout ou j'allais il était avec moi , depuis qu'il est né c'étais sa , sauf que ses 3 premiers moi il a eu des probleme de selle … donc je m'en occuper , ce n'étais pas un gros dormeur y dormer pas assez pour son age , mais sa je pouvais pas le forcer a dormir , y lutter toujours avant de s'endormir j'ai du trouver plein de chose pour qui dorme , bercer , promenade la nuit en poussette dehors l'hyver , dodo contre moi , et aprés cododo jusqu'a y a 2 mois qui dort dans son lit :/ , et la Journée Jamais dans le parc rien toujours , dans mes bras , jusqu'a ce qu'il marche a 10 mois , quand il marcher c'étais top je le porter beaucoup moins , aprés il a eu plusieurs période d'abandon , a 8 mois 1 an , 2 ans .. Aprés y sont tous leurs petit caractere et les besoins sont différent , c'est dur , usant parfois , mais on est obliger de " ceder " a leurs besoin sinon on se sent mal , car on a peur qu'il croit qu'on les aime pas :/ , Je te souhaite beaucoup de courage c'est pas tout les jours faciles mais quand y sont heureux rassuré c'est sa qui compte le plus en vrai , quand y commencera a se déplacera seul sa ira mieux pour toi et ton dos .. 🙂 Bisous ma belle 🙂

  6. Courage pour cette période difficile!
    Mon fils a été un bébé qui a beaucoup pleuré et qui, forcément, n'était bien que dans mes bras. Les premiers mois ont été difficiles, et je compatis. Aujourd'hui encore mon fils reste un petit garçon qui nous demande beaucoup d'attention, je connais l'épuisement, ce vide intérieurement, on a l'impression d'avoir tout donné et qu'on sera incapable de donner plus, mais la force maternelle est assez impressionnante. Tiens le coup, ça ira en s'arrangeant!

  7. Courage ma jolie ça ne doit pas être facile… Plus il sera rassure plus il s'épanouira après 🙂
    Tu es une maman extra <3
    Tu gères malgré tout <3
    quand Loris était tout bébé il s'endormait sur moi et des que je le posais il se réveillait en sursaut, j'ai même des fois ete me coucher avec lui ds son berceau lol j'ai tjs répondu à ses attentes et auj je me dis que c'est passé tellement vite auj j'en ri ça paraît loin.. Ça sera bientôt le cas pour toi… Continue à être la maman que tu es <3
    Plein de bisous

  8. Hooooo! J'ai l'impression que tu parles de ma fille, la deuxième aussi. Avec la première je n'ai pas connu Ca (qui s'appelle Alice aussi :D). Mais Claire-Line est différente. Tout le monde l'a trouvé adorable, souriante, calme! Cependant à la maison c'est un pot de colle, MON pot de colle! Grrrrr! J'en peux plus! Dès que je l'a pose, elle pleure, et si je vaque à mes occupations elle vient s'aggriper a mes jambes! Agaçant!!!
    Le soir, lorsque tout est calme et que tout le monde dort, je me dis qu'au fond, c'est touchant! C'est MON bébé, elle a besoin de moi <3
    Merci pour cet article! Je m'y suis retrouvée!

  9. Oh petit chat….ici il va chez la nounou donc on est obligé de se séparer mais dès qu'on est à la maison il veut tout le temps être dans MES bras.. ce qui se comprend vu qu'on est séparés toute la journée..
    Mais beaucoup plus que Mathis petit ! Quand il est dans les bras de quelqu'un et que je suis dans la même pièce il pleure jusqu'à temps que je le prenne avec mi et après regarde la personne et rigole.. Loool.. un vrai filou..

    Ca doit être très dur et usant.. Les gens comprennent pas forcément mais être maman ce n'est pas tous les jours facile et on a le droit aussi de craquer de temps en temps….

    Courage ma belle <3

  10. C'est ce que je me dis aussi, pour me rassurer, pour me donner un coup de pieds aux fesses, que c'est mon petit bébé, qu'il a besoin de moi ! Alice était très indépendante, elle a jamais eu besoin "autant" de moi (bien que ce ne soit plus le cas maintenant)

  11. Ça me rappelle des souvenirs aussi, de fatigue intense, à la limite du burn-out.
    D'amour immense, aussi.
    Maintenant, ceux que j'ai le plus portés et câlinés sont ceux qui sont les plus calmes, les plus indépendants. Sûrs de mon amour, ils vont voir le monde, et reviennent, lorsqu'ils en ont besoin.
    Je ne regrette pas mes choix de l'époque.
    J'aurais juste dû apprendre, plus tôt, plus vite, à me respecter aussi, à mieux me caler sur leur rythme pour suivre mes besoins en calme, en sommeil, en temps pour moi.
    Mais on a toute la vie pour apprendre, c'est-ce pas 😉 ?
    Plein de force et de douceur pour toi, pour Elio, pour trouver le rythme de cette relation qui n'appartient qu'à vous, pour tenir le temps qu'il passe ce cap…

  12. J'ai vécu la même chose avec mon ainé, c'était ma vie qui était mise entre parenthèses pour combler ses besoins intenses de portage de tétées de calins alors je compatis et t'envoie tout le courage possible!!! <3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page