Je me suis longtemps posée la question légitime en tant que parents : faut-il faire croire au Père Noël ? Nombreux articles regorgent sur le net à cette question. Avant, on ne cherchait pas, c’était traditionnel, tout le monde y croyait et tout le monde y faisait croire, y allant de mensonges en mensonges. Et puis un jour, quelqu’un s’est dit « et pourquoi, je devrais continuer de mentir à notre enfant? » et l’effet boule de neige des réseaux sociaux ont permis à de nombreux parents de se questionner.

Toute petite qu’elle était, je n’ai jamais instauré cette histoire à Alice. Il y avait Noël, les cadeaux, mais je suis toujours restée très vague sur toute l’histoire autour. Et puis, elle est entrée à l’école, elle a écouté les histoires, et elle a décidé d’y croire, et j’ai laissé l’école répondre à ma question.

Cette année, elle est bien plus grande, et la question se pose encore plus. A 5 ans, elle est complètement entrée dans sa période de l’imaginaire : les fées, les magiciens, les sorcières (gentilles), les sirènes, les lutins et autres nains, les princesses et les jolis châteaux, tout ça pour elle, ça existe (et je ne le crois pas, je lui ai demandé). Alors forcément, le Père Noël, il existe aussi. Mais très mauvaise menteuse, je me suis demandée comment perpétuer la magie de Noël sans en faire un gros mensonge autour d’un personnage complètement nul, parce qu’en plus elle nous a forcément déjà entendu parler d’achats de cadeaux, de messes basses pas très messes basses sur l’organisation et d’autres personnes inventer d’autres mensonges comme le fait que les cadeaux viennent d’eux mais pas trop ..

Cette année, elle a eu cinq ans, un âge où elle peut comprendre un peu plus les choses compliquées, alors, quand elle m’a demandé pourquoi elle avait eu un cadeau dimanche dernier, que je lui ai expliqué que ça venait de la Mairie, elle n’a pas trop compris. C’était le moment pour moi de lui expliquer, qui était le Père Noël. Non, je ne lui ai pas dis que nous achetions les cadeaux même si je l’ai laissé entendre, non je ne lui ai pas dis que c’était quelqu’un qui se déguisait, j’ai choisi de rester dans toute cette magie, sans lui mentir, en lui expliquant simplement que le Père Noël représentait toutes les personnes qui l’aimaient, et que si elle recevait des cadeaux, ce n’était pas une question d’être sage ou non, c’était une question d’avoir des gens autour d’elle qui l’aimait, simplement. Parce que j’aime tout cet amour qui dégage de cette fête.

Elle n’a pas semblé comprendre et est restée sur ses histoires de Père Noël, mais je sais que lorsqu’elle grandira, elle comprendra et elle n’ira pas dire aux plus jeunes que le Père Noël n’existe pas, parce qu’il existera, dans le coeur de tous ceux qui l’aiment, tout simplement. Et cette version là, elle me plait énormément, parce que Noël, pour moi, c’est ça : la fête de l’amour, une fête familiale où on se réunis, où on se gâte, une fête où on met de côté les rancoeurs et où tout semble pour le mieux (dans l’idéal et dans ma tête).

Photos libre de droit Pixabay