Parce qu’on ne devrait pas, avoir à voter « pour le moins pire » et qu’une vraie démocratie, c’est choisir pour ses convictions, ses idées, pour défendre notre avenir … Il est loin, le temps du « Je suis Charlie » où chacun défendait la liberté : de penser, de s’exprimer, il est loin le temps où on se disait dans un pays libre, un pays où nous étions TOUS libres. Notre liberté ce n’est pas d’empêcher d’autres d’être heureux, d’être en sécurité, notre liberté ce n’est pas de taper sur son voisin pour avoir plus : c’est vivre ensemble : penser à notre planète, à notre santé, à notre avenir et celui de nos enfants, dans quel monde ils doivent vivre, eux aussi? Un monde dans lequel on estime que nous sommes mieux, que d’autres n’ont pas leur place? Que leur copin(e) doit partir ailleurs parce que leurs parents ont décidé de changer de pays un jour, pour leur offrir un bel avenir?

J’ai un goût amer en moi, depuis dimanche, parce que cette année, je me suis sentie concerné et j’ai – pour la première fois – décidé qu’il fallait que je vote pour mes convictions et non pas par dépit, parce que ce n’était pas pour ça qu’on nous donnait ce droit de vote… Et finalement je me retrouve face à un choix : celui du moins pire : encore.

Cette année, on a volé ma liberté : celle de choisir. Pour le second tour, quoique tu veuilles faire ce ne sera pas la bonne solution parce que tu n’as pas le choix : TU DOIS contrer le mal en personne. Tu n’es pas libre de rouspéter parce que tu n’es pas content, tu n’es pas libre de ne pas vouloir, parce qu’on a volé ma liberté.

Sur les réseaux sociaux, dans la presse, les médias, partout, on te met ce couteau sous la gorge : tu n’as pas le choix. Depuis Dimanche, je suis angoissée, angoissée de ne pas avoir le choix, angoissée, oppressée, je suis mal. Mais je n’ai pas le droit de l’être, parce qu’il faut enrayer le mal.

Je ne suis plus libre, de penser, d’agir comme je le veux, sous couvert de la démocratie, sous couvert de la république, qui est à mal, mais je n’ai pas le droit, de me plaindre, parce que les droits des hommes sont en jeu : A tout moment, il peut y avoir quelqu’un qui estimera que mon voisin n’a pas les mêmes droits que moi et qu’il devra nous quitter.

Je pense à l’avenir et je pleure, depuis dimanche, parce qu’il ne sera pas comme je l’espérais et il ne sera pas « moins pire ». J’ai appris, il y a quelques mois, années, que la France, ne se résumait pas à deux partis « droite/gauche » et le reste était le mal, qu’il fallait enrayer, j’ai appris il y a quelques mois à avoir des convictions, à me battre, à réagir et à ne plus me dire qu’il fallait « penser au moins pire » mais qu’il fallait « penser au meilleur pour nous, pour eux, pour tous ». Peut être que je n’aurais pas dû, parce que maintenant Ils a volé ma liberté.

Image Pixabay

19 thoughts on “Ils ont volé ma liberté”

  1. Ton texte est tellement vrai ! On est voisine de pays et on vit à peu de choses prés les mêmes choses. Franchement j’ai vraiment peur de l’avenir, je n’ai plus confiance, c’est magouilles et compagnies. Pour qui voté au final … je ne sais pas … Tout est une question d’argent comme toujours. 🙁

    Sinon, je cherche encore le principe de démocratie en ce qui concerne d’avoir DEUX TOURS de votes :/ sachant qu’à mes yeux le premier choix est la conviction du votant, le deuxième reste un choix fausser, un vote par dépis …

  2. Plume & Picoti

    C’est ça … C’est difficile de se sentir bien dans la démocratie quand les deux premiers ne correspondent même pas à 40% des suffrages … « mais c’est comme ça tu as la chance de pouvoir voter tu ne dois pas te plaindre » Voilà ce qu’on me dit ..
    Quand je lis que voter blanc c’est pire que voter FN .. Je me sens mal …

  3. Texte extremement touchant, je suis bouleversée de ce qui se passe actuellement… jai peur, peut pour l’avenir de mon fils et surtout blessée et choquée des propos de proches et de moins proches…
    Je ne pensais pas les gens si aigries et si malheureux ..

  4. Plume & Picoti

    Oui, les gens sont malheureux, au point d’en vouloir au voisin de ne pas l’être … Mais grand nombre se résignent au lieu de bouger parce qu’ils trouvent ça utopique, de bouger … Alors ils se résigne, votent par dépit …

  5. Je te comprends mais en même temps je me dis qu’il y aura toujours des insatisfait. C’est ce qui fait la démocratie. Pour ma part aucun n’avait le programme parfait, et quoi qu’il arrive je n’ai et ne pourrait voter avec conviction. Nous allons comme bien souvent « subir » les choix de la France

  6. Plume & Picoti

    Ce n’est pas tant le fait d’être insatisfaite que de me voir privée de liberté : si tu ne vote pas comme ça, t’es le pire des connards … C’est ça que je ne conçois pas. Que l’on veuille voter droite, gauche, centre, extreme ou blanc, nul et même s’abstenir, c’est le choix de chacun et personne ne devrait obliger le voisin à aller dans son sens

  7. Je trouve aussi que ce choix à faire n’en est plus un réellement, pourtant il vos faut voter…..J’ai peine a comprendre comment ce vote pour contrer puisse être possible ça n’aurait pas du arriver. Bises

  8. Plume & Picoti

    Je ne suis pas encore décidée sur mes choix et je ne comprends pas que je puisse lire que si tu ne fais pas tel choix, t’es le pire des connards (en l’occurrence faire le choix du vote blanc), on en est arrivé à un point où les gens comprennent que l’on puisse voter extreme droite mais pas qu’on puisse voter blanc par contestation (ou abstention parce que si les gens décident de s’abstenir pour ce vote ci, c’est pour les chiffres, les votes blancs ne compterons pas .. L’abstention on va en entendre parler)

  9. Je suis plutôt d’accord sur le fait de ne pas se sentir libre de voter blanc (ou l’abstention puisqu’ils sont comptabilisés de la même manière) mais je sais que je ne serai moi-même pas tranquille si je ne contre pas les idées d’un parti extrémiste qui me fait peur. Alors non je n’y connais pas grande chose en politique mais j’ai suffisamment de jugeote pour ne pas supporter la manipulation par la peur de cette gente Dame qui risque bien de nous gouverner. Je ne crois toujours pas en l’élection de Trump et j’ai tellement peur qu’il nous arrive le même scénario. Mais j’ai aussi confiance en notre France qui saura affirmer son mécontentement (pacifiquement je l’espère) si notre liberté est entachée !

  10. Je te comprends tout à fait et je dois dire que j’ai sauté le pas il y a dix ans d’aller vivre ailleurs. Dans un pays, qui respectait nos convictions et nos différences.

  11. Coucou !
    Ton texte reflète tout à fait ce que je pense ! Depuis toute petite je suis passionnée de politique et en 2002 quand c’était le pen au second tour j’ai regretté de ne pas pouvoir voter ! Mais aujourd’hui ce n’est pas la même chose et je pense sincèrement voter blanc. J’ai l’impression qu’on m’oblige à voter pour éviter le pire, mais ce n’est pas mon choix et je n’ai pas envie qu’il soit pris comme tel. Je prends donc la décision de voter blanc même si je pourrais le regretter.

    Julie – Comme on est

  12. Coucou,
    Je suis touchée par ton article que je trouve très juste ! Le vrai problème c’est que tout le monde ne se mobilise pas au 1er tour et après les gens viennent se plaindre qu’on a pas le choix, mais alors il fallait aller voter au lieu de dire qu’on avait mieux à faire… C’est triste et ça met en galère ceux qui ont pris la peine de se déplacer (dont moi^^).
    Ce n’est plus vraiment un choix, certes, mais l’essentiel reste pour moi d’aller voter (même blanc, peu importe, l’essentiel est de voter). On a pas toujours eu le droit de vote alors du coup pour moi se déplacer c’est hyper important.
    Bref, je crois que j’ai été trop bavarde et que je suis partie dans tous les sens ahah !
    Gros bisous à toi et bon week-end 🙂

  13. Bonjour Stéphanie,
    tu écris l’article que je n’ose pas écrire…
    Oui aujourd’hui nous n’avons pas le choix, la seule chose que nous pouvons faire c’est un vote pour éradiquer le mal…
    Nous devrions pouvoir voter blanc, que cela soit pris en compte comme le mécontentement d’une nation…
    Je dois l’avouer, aujourd’hui j’ai honte de voir ou va notre pays.
    Plein de courage
    Débo

  14. Je vote car il faut voter, parce que c’est aussi un devoir de citoyen… Mais j’ai surtout l’impression que le vote en général, ne nous permet pas d’être totalement libre de nos pensées! Tous font en sortes de nous obliger de voter pour « untel » ou « untel »! Le vote blanc n’étant malheureusement pas reconnu. Hélas, nous avons les pieds et les poings liés. Alors, j’irais voter, parce que c’est mon devoir, et après je râlerai ou pas du résultat final! Ton article est beau et c’est un véritable cri du cœur! ^^

  15. Plume & Picoti

    Merci 🙂 Je vote aussi, depuis 10 ans maintenant … J’ai toujours voté et je voterais 🙂 Je cris seulement mon angoisse de ne pas être libre, des mots utilisés par les médias et toute cette haine déchainée envers ceux qui pourraient penser voter blanc 🙂

  16. Hello !!
    J’ai le même ressenti au lendemain de l’élection de notre nouveau président. J’ai voté pour contrer le mal, mais comment choisir entre la peste et le choléra ?!
    Je garde espoir et je me dis que de toute façon il n’est là « que » pour 5 ans et que d’ici là pour les prochaines élections y aura quelqu’un de « bien » pour nous faire remonter à la surface……enfin j’espère, je me dis que l’espoir fais vivre !!
    Merci en tout cas pour cet article 😉
    Bonne journée

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.